Le miel corse: ruches et outils

L
a ruche corse ("u caronu", "u bugnu") qui était utilisée avant la ruche actuelle (à cadre) était horizontale, construite à partir d'une branche de châtaignier évidée (c'est la traduction littérale de "caronu"), de liège ou de quatre planches de châtaignier.

Miel de Corse: ruches et outils traditionnels

miel de Corse: u caronu Ce type de ruche ressemble à celui qu'on pouvait voir dans les Pyrénées Espagnoles, il est peut être d'origine arabe. Il ne semble pas que les ruches en paille (vieilles ruches provençales) aient jamais été utilisées ici.

Un bouchon de bois, scellé avec un mélange de terre glaise et de bouse de vache, fermait l'une des ouvertures, qui était souvent alternée au gré des récoltes annuelles. Cette ruche était aisément transportable.

Ces ruches étaient encore exploitées il y a quelques dizaines d'années, surtout pour un usage familial.

La récolte se faisait en général annuellement: dans la région du Taravu, on prenait soin de la faire avant la floraison du châtaignier, qui donnait un goût trop fort au miel... Ne parlons pas de l'arbousier! (peut-être à rapprocher des avis définitifs de certains auteurs grecs et latins...)

Le miel récolté alors était très doux, et cristallisait rapidement avec de gros cristaux irréguliers, qualité attribuée à la bruyère blanche: "U mele di rena" (miel de sable). Avec les critères d'aujourd'hui l'aspect de ce miel le rend difficilement commercialisable...

On récoltait à la fois le miel et la cire.

miel de Corse: les outils de l'apiculture en CorsePour cela on utilisait deux outils spécifiques: deux couteaux ajustés sur une tige, l'un en forme de crochet, l'autre en forme de ciseau ou de palette.

Sur la photo ci-contre on peut voir quatre types de crochet et l'outil plat (en bas), ils mesurent environ cinquante centimètres.

"Pour la récolte, l'apiculteur ouvrait la ruche à l'arrière et glissait le couteau en forme de crochet entre deux rayons puis, parvenu au niveau où il désirait couper, il plaçait la lame sous un rayon et taillait de bas en haut.

Puis, laissant le crochet dans sa position en bout de course, il coupait horizontalement en poussant la palette le long du plafonds de la ruche, miel de Corse: a fumarola (l'enfumoir)et enfin il ramenait à lui le crochet pour sortir le rayon." (In " Dossier de demande d'AOC ").
Cire et miel était récoltés "jusqu'au blanc (le couvain)".

Quelquefois l'ouverture de la ruche était inversée: ce qui permettait de renouveler totalement la cire d'une colonie en 2 ans.

Les rayons étaient ensuite pressés, à la main, ou au pressoir pour les plus grosses exploitations.
miel de Corse: arbre creux utilisé comme "caronu"Les autres ustensiles courants de l'apiculteur étaient un masque en fil métallique tressé ("a mascara") et l'enfumoir ("a fumarola") dans lequel on faisait se consumer de la bouse de vache séchée, ou tout autre combustible fumigène (aiguilles de pin...).

Cet enfumoir était quelquefois en terre cuite liée de fibres d'amiante, on retrouve là un type de poterie traditionnelle corse.

Les ruches étaient le plus souvent posées à même le sol mais on trouve en Haute-Corse des constructions en pierre destinées à recevoir le rucher ("l'arnaghji"). Nouvelle similitude: on trouve les mêmes constructions dans les Pyrénées espagnoles.

Celui de Caselle, mentionné dans le "dossier de demande d'AOC" est un mur long de quinze mètres avec une profondeur de un mètre dix, dans lequel on compte soixante quinze trous d'envol correspondant à autant d'emplacements de ruches.

Les ruches étaient retirées au moment de la récolte qui se faisait dans un batiment proche. Un couloir fermé par deux portes, circulait derrière ce mur.

On trouve également en Haute-Corse des emplacements de ruche encastrés dans les murs de maison d'habitation (San Lorenzo) .
Des enclos en montagne nous indiquent enfin que les ruches transhumaient quelquefois.

Miel en rayon



Share

LES PRODUCTEURS:

LES ARTISANS: